NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur le culturoscoPe site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic, d’affiner les contenus mis à votre disposition et renseigner les acteurs·trices culturel·le·s sur l'intérêt porté à leurs événements.

Conférence par Olivier Silberstein, assistant doctorant à l’Université de Neuchâtel

Université du troisième âge - U3a

Comment fabrique-t-on une sorcière au XVIe siècle ?

Aula des Jeunes-Rives - Neuchâtel

Contrairement à ce qu’il en est resté dans la culture populaire, les femmes condamnées pour sorcellerie ne correspondaient pas à un stéréotype. Jeune, moins jeune, intelligente et revendicatrice, simple d’esprit, veuve ou mariée, toutes pouvaient entrer dans le cercle de la suspicion. Mais pourquoi en est-on arrivé à tant d’aveux qui se ressemblent ? C’est en explorant les conceptions populaires et savantes de la sorcellerie, combinées à la procédure judiciaire qui, tel un chablon, dessine le stéréotype, que l’on comprend mieux pourquoi ces femmes et ces hommes ont été condamnés pour avoir pactisé avec le diable.