NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur le culturoscoPe site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic, d’affiner les contenus mis à votre disposition et renseigner les acteurs·trices culturel·le·s sur l'intérêt porté à leurs événements.

Musique

KartellCulturel

Monsieur Doumani

Kreuz Nidau - Nidau
Le trio chypriote très acclamé est de retour avec un quatrième album passionnant. Une tempête de fièvre dansante faite d'instruments à cordes, de chants aux multiples facettes et de basses poussées par le tuba.

La nuit, il se passe des choses étranges. Quand les formes se déplacent et deviennent floues. Quand il est difficile de savoir ce qui est réel et ce qui est illusion. La nuit ... est le temps de l'imagination. Pour Monsieur Doumani de Chypre, ces heures de noirceur les ont attirés dans une toute autre direction sur leur quatrième album, Pissourin.


Depuis leurs débuts en 2011, le trio a été salué dans le monde entier pour ses réinterprétations acoustiques innovantes et hautement chargées de la musique chypriote.


Ils ont remporté de nombreux prix, à commencer par le "Best Group" de Songline (UK/2019), le prix de la Deutsche Schallplattenkritik (Allemagne/2018) et le Andrea Parodi Critics Award (Italie/2018). Mais après trois albums, ils étaient devenus agités, à la recherche de quelque chose de nouveau. Un défi, une nouvelle résonance. Quelque chose d'inattendu.


"Notre idée était un concept, un album qui soit un portrait de la nuit", explique le leader Antonis Antoniou, qui joue du tzouras, un instrument semblable au bouzouki, et qui forme le trio avec le guitariste Andys Skordis et le tromboniste Demetris Yiasemides. "Quelque chose qui est né à l'interface entre le sommeil, le rêve et l'éveil. Cela nous a donné le concept, une quête nocturne du sens de la vie, pour ressentir des choses que nous faisions quand nous étions enfants :

Innocence, vérité, honnêteté. Une chance de laisser derrière nous ce qui abat notre esprit et notre âme et de pouvoir voler vers la liberté et l'amour".


Le pissourin (dialecte chypriote signifiant obscurité totale) "nous a apporté les différents éléments - la lune, les étoiles, les planètes, les rivières - et les créatures qui apparaissent dans les chansons sont des acteurs de cette quête".

C'est une idée qui a emmené Monsieur Doumani au-delà de la tradition chypriote qu'ils avaient explorée.

Elle leur a donné la liberté de s'inspirer bien au-delà de Chypre tout en restant connectés à leurs racines : ils y ont ajouté le punch et la force brute du rock, les couleurs sauvages du psychédélisme turc et même l'attrait hypnotique de la musique d'Afrique de l'Ouest qui serpente autour de la mélodie de "Alavrostishiótis".