NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur le culturoscoPe site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic, d’affiner les contenus mis à votre disposition et renseigner les acteurs·trices culturel·le·s sur l'intérêt porté à leurs événements.

 Plus d'infos 

jeudi 18 avril 2024 – 19:30 Passé

SocMus

Artistes régionaux
Musique, guitare, quatuor à cordes, danse

Société de Musique de Neuchâtel

Guitare, cordes & danse

Temple du Bas - Neuchâtel

André Fischer, guitare
Streiff Quartet
Egidius Streiff, violon
Kazumi Suzuki Krapf, violon
Mariana Doughty, alto
Sébastien Singer, violoncelle
Neuchâtel Giant Studio, danse

Consacré au répertoire pour guitare et cordes, ce programme emmènera les auditeurs vers le monde passionnant des quintettes avec guitare. Les œuvres présentées dans le cadre de ce concert retracent l’évolution de la guitare en musique de chambre et la manière de composer pour l’instrument à travers deux cent cinquante ans d’histoire de la musique.

Le grand compositeur Leo Brouwer n’est pas un inconnu en terre neuchâteloise où son duo « Dialogos de la Isla y el Mar » pour guitare et violoncelle fut créé par le duo singer & fischer il y a de cela quelques années. Brouwer s'est imposé depuis un demi-siècle comme un des principaux artisans du renouveau de la guitare. Sa musique est faite d’élans à la fois brillants et poétiques, pensés et spontanés, et s'inspire sans complaisance de l'esprit cubain plus que de la musique populaire proprement dite.

Le fandango est une danse populaire andalouse instrumentale qui peut être accompagnée au chant. Au travers des huit quintettes pour guitare de Boccherini, le quintette en ré majeur G. 448 dit « du Fandango » composé en 1788 est l'un des plus populaires. Né en Italie à Lucques, Luigi Boccherini, après avoir suivi sa formation musicale en Italie et voyagé en Autriche et en France, s’installa en Espagne dès 1768. C’est dans ce pays qu’il réalisa sa carrière au service notamment de la Cour d’Espagne. La musique ibérique a influencé le compositeur, dans ce jeu d’ombres et de lumières et d’accents particuliers puisés dans les mélodies (Folias) et les rythmes de danses (Zapateado, Fandango, Séguedille…). Cette œuvre figure à elle seule toute l’Espagne galante et endiablée au point d’avoir bénéficié de nombreuses adaptations instrumentales postérieures (deux clavecins entre autres).

Avec l'amitié et l'inspiration d'Andrés Segovia, Mario Castelnuovo-Tedesco (1895-1968) composa près de 100 œuvres pour guitare. Formé à Florence, sa ville natale, Castelnuovo-Tedesco rencontra Segovia pour la première fois lors d'un festival à Venise en 1932 et écrivit une nouvelle œuvre pour le légendaire guitariste presque chaque année par la suite. Le compositeur fuit l'Italie de Mussolini en 1939, s'arrêta à New York pendant un an avant de s'installer à Los Angeles et d'y entamer une nouvelle carrière de compositeur de musique de film (il compte parmi ses élèves Jerry Goldsmith, Henry Mancini, André Previn, Nelson Riddle et John Williams).

Castelnuovo-Tedesco composa son quintette pour guitare en moins d'un mois au début de l'année 1950, en réponse à une demande d'œuvre de chambre que Segovia devait jouer pour la Music Guild of Los Angeles avec le Paganini Quartet. Le compositeur lui-même la décrivit ainsi : « c'est une œuvre mélodieuse et sereine, en partie néoclassique et en partie néoromantique (comme la plupart de mes œuvres). Je dirais qu'elle est écrite presque dans une veine schubertienne – Schubert a toujours été l'un de mes compositeurs préférés ».

Cet événement a été saisi par Société de Musique de Neuchâtel. Suggérer une modification