NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur le culturoscoPe site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic, d’affiner les contenus mis à votre disposition et renseigner les acteurs·trices culturel·le·s sur l'intérêt porté à leurs événements.

 3 jui  > 29 aoû 
RITZWIRH, anderswar, Kunsthaus Centre d'art Pasquart, photo: Dominique Uldry

Artistes régionaux
Jeune public
Exposition

Centre d’art Pasquart

RITZWIRTH anderswar

Centre d’art Pasquart - Bienne
RITZWIRTHanderswar3.7.-29.8.2021

Le duo biennois RITZWIRTH occupe une position unique sur la scène artistique suisse. Depuis 2009, Katia Ritz (*1973, CH), en tant qu’architecte, et Florian Hauswirth (*1976, CH), en tant que designer industriel, ne réalisent pas seulement des projets architecturaux mais travaillent ensemble également sur œuvres installatives. Au cœur de leur travail se trouvent des interventions qui sont en lien direct avec leur environnement et qui, de ce fait, sont toutes conçues de manière situationnelle et donc unique. Pour leur première grande exposition solo, ils présentent des projets passés ainsi qu’une nouvelle installation monumentale réinterprétant les fonctions du bâtiment du Centre d’art.

Le titre de l’exposition, anderswar («ailleurs» en ancien haut allemand), inclut indirectement la notion de perception, de potentielle altérité ou d’envie de renouveau. Grâce à leur approche libre et à leur pratique hybride entre l’art, le design et l’architecture, RITZWIRTH transforment le lieu concerné de façon étonnante. Dans l’ancien bâtiment, ils présentent des projets des douze dernières années en utilisant des fragments d’installation, des maquettes, des croquis, des échantillons de matériaux ainsi que des photographies et des enregistrements de films ou de sons.

Déjà connus à Bienne, leur ville d’adoption, pour des commandes architecturales et des interventions dans l’espace public, RITZWIRTH contextualisent l’environnement du Centre d’art Pasquart et ses caractéristiques architecturales en vue de les modifier. À travers des moulages en béton réalisés dans des lieux publics de la ville, le duo en thématise le caractère éphémère comme une incitation pour une planification commune et tournée vers l’avenir. Le mobilier créé à partir de lattes de barrage rouges et blanches – aux couleurs des armoiries de Bienne – transpose l’espace urbain dans le Centre d’art. Dans la Salle Poma, la structure hermétique et l’esthétique froide du White Cube sont brisées par une nouvelle installation monumentale. Avec la situation provoquée par le COVID-19, les notions d’intérieur et d’extérieur peuvent être perçues d’une nouvelle manière grâce à une réinterprétation de la fonction du bâtiment. Alors que trois périscopes fonctionnent à la manière de câbles optiques orientés vers l’extérieur, des tuyaux permettent différents points de vue, à l’intérieur comme à l’extérieur du bâtiment. L’expérimentation antérieure de RITZWIRTH sur les différentes échelles des objets, des bâtiments et des villes est ici radicalement augmentée: ils transfèrent le prototype d’un objet sur un bâtiment et dans la ville. RITZWIRTH nous invite à devenir des «touristes dans notre propre vie quotidienne», permettant ainsi d’ouvrir d’autres perspectives et de rendre possibles de nouvelles choses – émancipées de la vie.