NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur le culturoscoPe site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic, d’affiner les contenus mis à votre disposition et renseigner les acteurs·trices culturel·le·s sur l'intérêt porté à leurs événements.

17 avr  > 13 jun 
©DR

Exposition

Centre d’art Pasquart

NILBAR GÜREŞ – Sour as a Lemon

Centre d’art Pasquart - Bienne

NILBAR GÜREŞ

Sour as a Lemon

17.4.-13.6.2021

Nilbar Güreş (*1977, TUR), qui vit et travaille à Vienne et Istanbul, est l’une des artistes contemporaines les plus intéressantes et reconnues. Son travail artistique traite de questions sociales telles que l’interculturalité ou les modes de vie queer et examine les possibilités d’une société ouverte. La sensibilisation par l’art aux discours sur les minorités permet de marquer durablement les esprits. Güreş remet en question les rôles et les relations conventionnels entre les genres et propose des moyens de renforcer les identités féminines et queer. Sa pratique artistique est basée sur des moments subtils de résistance dont la mise en scène en marge de la quotidienneté se veut discrètement radicale. Le travail de Nilbar Güreş est marqué par l’humour et une ironie ludique témoignant d’une critique constante des conventions sociopolitiques. Dans ses œuvres photographiques et sculpturales se manifeste un caractère performatif qui est aussi présent au figuré dans ses collages, dessins et vidéos. Avec ces arrangements et mises en scènes aux allures anarchiques, l’artiste crée un vocabulaire précis et expressif.

Après l’exposition personnelle de l’artiste au LENTOS Kunstmuseum de Linz, en Autriche (2018), présentant un large aperçu de son travail de 2005 à 2018, et la récente exposition au Badischer Kunstverein de Karlsruhe (2019), l’exposition monographique de Bienne se concentrera sur les six dernières années de la carrière de Güreş.

Güreş travaille avec divers mediums, notamment la peinture, la sculpture, l’installation, la photographie, le film, la performance, le collage et le dessin. Les aspects solidaires et inclusifs de la vie et des relations entre femmes, ainsi que la manière dont elles intègrent leur monde dans les systèmes existants, s’avèrent des éléments centraux de son travail. L’artiste crée des paysages et des géographies apparemment normaux, qu’elle entrelace avec de minimes décalages, leur conférant un soupçon de surréalisme et un sens de l’absurde.

Le textile est un support important pour l’artiste, qu’elle incorpore à ses photographies, collages et sculptures afin de réfléchir sur les vues du corps et les structures sociales de la possession. Durant ses études de peinture à Istanbul, de peintures et d’art graphique à l’Académie des Beaux-Arts de Vienne, ainsi que pendant sa formation sur l’art et le design textile, Güreş s’était déjà intensivement consacrée à l’utilisation du textile. Parmi les différents tissus utilisés dans les œuvres, beaucoup ont été obtenus auprès de femmes de l’entourage immédiat de l’artiste. Ils proviennent de différentes époques et reflètent souvent des souvenirs privés ou des situations politiques.

Les collages de Güreş se caractérisent par des éléments picturaux et graphiques qui sont complétés par des fragments textiles. Dans ses collages, l’artiste aborde régulièrement des thèmes spécifiques au genre, remet en question les rôles féminins conventionnels au sein des structures familiales patriarcales et symbolise l’autonomisation collective des femmes qui découle des processus de solidarité.

Les tissus constituent aussi souvent la base des sculptures de Nilbar Güreş, parfois sous forme d’oreillers, ceux-ci étant utilisés comme dot en Turquie. Ses sculptures textiles ont fréquemment un caractère fétichiste et font référence à des parties du corps. L’approche multidimensionnelle de l’artiste en matière de motifs et de tissus constitue une source prolifique d’appropriation subversive. Dans de nouvelles œuvres telles queSour as a Lemon (2020), le tissu est transféré du contexte traditionnel de l’artisanat vers les récits (trans)politiques des sculptures.

Commissaire de l’exposition

Felicity Lunn, directrice Centre d’art Pasquart

Publication

Une publication sur l’exposition, avec un texte de Pierre Bal Blanc et une interview de l’artiste, paraît aux éditions Verlag für moderne Kunst (DT / FR / ENG).

Visites guidées

Je 6.5.2021, 18:00 (dt) Felicity Lunn, directrice Centre d’art Pasquart

Je 27.5.2021, 18:00 (fr) Fannie Audergon, historienne de l’art

Détails Site Réservation Itinéraire

Centre d’art Pasquart

71, Faubourg du Lac

2502 Bienne

AG Culturel