NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur le culturoscoPe site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic, d’affiner les contenus mis à votre disposition et renseigner les acteurs·trices culturel·le·s sur l'intérêt porté à leurs événements.

Musique

Théâtre du Passage

Misogynie à part

Théâtre du Passage - Neuchâtel
Annulé

Misogynie à part

chansons de Brassens

Poète à la plume tendre et acérée, Georges Brassens est ici chanté
dans ses textes les plus anticonformistes par quatre sacrés lascars
avec lesquels on prendrait volontiers un dernier verre!

Les textes de Brassens demeurent un modèle de discernement. Ils
racontent ce que l’on n’ose pas dire dans des mots simples et
vrais, célébrant l’insoumission, la liberté de pensée et la beauté des femmes (avec sensibilité ou paillardise), et dénonçant avec un malin plaisir la lâcheté des hommes, l’hypocrisie et l’injustice. Accompagnés (et comme portés) par le guitariste Narciso Saúl, trois comédiens charismatiques se partagent la scène dans une ambiance de fin de soirée, où l’on se laisse traverser par ce répertoire et sa permanente nécessité de dire. Dire l’amour comme son revers, la tendresse
pour son semblable comme sa colère, avec une misogynie apparente qui n’est souvent qu’une diversion. On ne s’étonne donc pas que ce soit une femme, Françoise Courvoisier, fidèle Passagère, qui ait choisi de se détourner des morceaux les plus populaires de l’auteur au profit de ses textes les plus politiquement incorrects, comme Je me suis fait tout petit, La complainte des filles de joie ou Fernande.

« Les interprètes dessinent tant la complexité que la profondeur
du rapport aux femmes de l’immortel gorille. Sous les
applaudissements continus du public, ils lui administrent une
belle dose d’aphrodisiaque ! » La Tribune de Genève

Détails Site Billetterie Itinéraire

Théâtre du Passage

4, passage Maximilien-de-Meuron

2000 Neuchâtel

AG Culturel