NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur le culturoscoPe site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic, d’affiner les contenus mis à votre disposition et renseigner les acteurs·trices culturel·le·s sur l'intérêt porté à leurs événements.

jeudi 6 mai 2021 – 20:15

dimanche 9 mai 2021 – 20:15

Théâtre

Théâtre populaire romand TPR

Trilogie de salon

Beau-Site - La Chaux-de-Fonds
description

Le TPR accueille le POCHE /GVE pour un événement théâtral hors normes. La troupe saisonnière du théâtre genevois débarque avec trois pièces qui fédèrent une même distribution, une même équipe technique et un même dispositif scénique, modulable au gré des univers. 


Mythique ! C’est une scène de ménage homérique, un affrontement conjugal devenu légendaire ! Liz Taylor et Richard Burton ont incarné à l’écran, en 1966, cette plongée vertigineuse dans l’enfer des mots et des drames de la vie conjugale. Une immersion dans la société américaine des années 1960, imprégnée des valeurs sacro-saintes de réussite et ses déflagrations sur l’intime. Dans Qui a peur de Virginia Woolf ? Edward Albee orchestre un véritable jeu de massacre. La plupart des mises en scène de ce grand classique du répertoire contemporain sont aimantées par cette violence. Anne Bisang, elle, a voulu mettre en exergue la vulnérabilité des personnages, otages de rôles, de pièges et d’assignations puissantes. Autre pas de côté, la directrice artistique du TPR parie sur une mise en abyme du théâtre, avec des interprètes qui tantôt sont les personnages, tantôt les travaillent sous nos yeux. Avec, en filigrane, le couple emblématique Taylor-Burton.


Directeur du Poche, Mathieu Bertholet, a disséqué Le Journal d’Edith de Patricia Highsmith et un texte de Rainer Werner Fassbinder, Gouttes d’eau sur pierres brûlantes. Le premier entre avec effraction dans la classe moyenne américaine des années 1950, via l’enlisement d’une existence dans la médiocrité. Corsetée dans son quotidien de femme au foyer, Edith y tient son journal intime. Echappatoire à l’anéantissement, ces pages où elle couche sa vie rêvée deviennent le réceptacle d’intenables promesses. 


Tout aussi féroce, le texte de Fassbinder assujettit un jeune homme au confort bourgeois de son amant, un homme d’âge mûr, et instaure des rapports de domination pour mieux les faire voler en éclats.


Trois pièces bien distinctes, mais qui se déroulent toutes les trois dans la sphère privée, dans des intérieurs où s’exerce une emprise redoutable, à l’abri des regards.



Biographie

Anne Bisang, Prix suisse de théâtre 2018, déploie son travail artistique sur les scènes francophones depuis 1986. Première femme à diriger en Suisse une grande institution théâtrale, elle est à la tête de la Comédie de Genève durant 12 ans. Elle devient directrice artistique du TPR en 2013. Souvent complice de Mathieu Bertholet, elle met en scène en 2006 «Méphisto / Rien qu’un acteur» d’après Klaus Mann adapté par Mathieu Bertholet, qui embrase la Comédie. Elle lui commande un nouveau texte en 2019 : «Small g — Une idylle d’été» d’après Patricia Highsmith qu’elle crée au TPR en 2020 et qui fait une tournée remarquée en Suisse romande.


Né en 1977 en Valais, Mathieu Bertholet a étudié l’écriture dramatique à Berlin, où il a vécu pendant dix ans. De retour en Suisse, il a bénéficié de résidences d’auteur à la Comédie de Genève, en 2002, puis au Grü-Théâtre du Grütli, de 2007 à 2009. L’Histoire, les mythes antiques et contemporains, le cinéma et l’architecture nourrissent l’écriture de ses pièces. Mathieu Bertholet a aussi expérimenté la danse avec Cindy Van Acker et Foofwa d’Imobilité, puis s’est lancé dans la mise en scène et a créé sa propre compagnie, MuFuThe. Le TPR a accueilli son travail en mars 2018, avec « Luxe, calme ». Depuis 2015, Mathieu Bertholet tient aussi les rênes du POCHE /GVE à Genève. 



Détails Site Itinéraire

Beau-Site

Rue de Beau-Site 30

2300 La Chaux-de-Fonds

AG Culturel
Au même endroit
Cela pourrait aussi vous intéresser