NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur le culturoscoPe site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic, d’affiner les contenus mis à votre disposition et renseigner les acteurs·trices culturel·le·s sur l'intérêt porté à leurs événements.

vendredi 5 juin 2020 – 19:30

Musique | Cirque

Tous pour la musique

DUO JUMEL : JULIA PERTUIS & MELANIE PAULI (19H30) / DIANA TISHCHENKO, VIOLON-ZOLTAN FEJERVARI, PIANO (20H30)

TPR-Salle de musique - La Chaux-de-Fonds

DUO JUMEL : 19H30
KALÉIDOSCOPE

A Toulouse, Jul suivait la formation de l’école Music'Halle, Mél celle du Lido. Elles se sont rencontrées... Jumel c’est le fil tendu entre cirque et musique, entre compositions et improvisations ». Durée 20 min. – Tout public – Tout terrain...

Kaléidoscope se raconte. Deux voix, deux corps et un violoncelle qui s’animent. Des tiroirs vides à remplir, des regards et des bruits qui se baladent, une culotte qui gratte, un peu de poussière comme ça… Deux silhouettes à l’étroit. Jumel, c’est le fil tendu entre le cirque et la musique. Musique : compositions & improvisations.

La voix et le corps sont des instruments intuitifs. La voix nous sert autant qu’elle nous dévoile. Elle nous permet de traduire nos états intérieurs, souligne nos contradictions, nos euphories et notre personnalité toute entière. Elle résonne dans la matière du corps qui reçoit toutes les vibrations extérieures et se connecte à l’environnement. Toujours en mouvement, il peut libérer son souffle sur lequel viendra se déposer le son.

Jumel s’engage et propose. A travers l’image on se reconnait dans l’autre. Dans notre travail artistique, elle est très présente. Nous aimons jouer à nous dédoubler en Jumel, à nous décupler en Kaléidoscope, à nous réunir en une seule bête, une bête munie de 8 membres inégaux… Et tout cela avant de s’y mettre à plusieurs pour tout reprendre dans le désordre !

DIANA TISHCHENKO, VIOLON-ZOLTAN FEJERVARI, PIANO : 20H30

Imaginez la scène, Ravel heurte à la porte d’Enescu occupé à donner une leçon de violon au jeune Menuhin, 12 ans. Ravel souhaite entendre sa sonate dans la réalité. Enescu s’exécute avec plaisir et, le compositeur au piano, déchiffre l’œuvre à vue. Arrivé à la fin, Enescu propose de la jouer une seconde fois. Il laisse la partition et interprète l’œuvre par cœur ! Qui dit mieux ?

Les quatre œuvres au programme sont pratiquement contemporaines : la sonate d’Ysaÿe est dédiée à Enescu, Enescu réinvente le folklore roumain de l’intérieur dans sa troisième sonate et Prokofiev crée sa première sonate dans le triste contexte des purges staliniennes qui touchèrent bien des proches du compositeur. Mais au fait une sonate c’est quoi ? Réponse sur tplm.ch !