NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur le culturoscoPe site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic, d’affiner les contenus mis à votre disposition et renseigner les acteurs·trices culturel·le·s sur l'intérêt porté à leurs événements.

Artistes régionaux
Théâtre

Association Espace Val-de-Ruz

Figaro divorce

Grange aux Concerts - Evologia - Cernier

« Figaro divorce » interroge des notions telles que la loyauté, la fidélité et l’honnêteté.

Le comte Almaviva, la comtesse et leurs valets - Figaro et son épouse Suzanne- personnages emblématiques du « Mariage de Figaro » de Beaumarchais, fuient précipitamment une révolution, qui comme au 18ème siècle, veut la tête de la noblesse. Les tribulations façonnent les destins de chacun. Mais Figaro appartient à la catégorie des plus malins. Quand tout vacille autour de lui, il garde la tête froide et conserve toujours un projet d’avance. Mais il est vrai que ce ne sont pas les idéaux et la morale qui guident sa conduite. Ce qui compte avant tout pour lui, c’est de sauver sa peau et de se faire une situation. Et tant pis pour son mariage !
« En 1778, lorsque Beaumarchais écrit Le Mariage de Figaro, son héros incarne une insolence révolutionnaire. Le valet tient tête à son maître et annonce le culot des frondeurs qui mettront la tête du roi au bout de leur pique. En 1936, à la veille d’un autre bouleversement, Ödön von Horváth reprend le personnage, mais change radicalement le point de vue. Sous la plume de l’auteur hongrois, Figaro devient l’illustration même de l’opportuniste pour qui compte avant tout son intérêt privé. »

Au même endroit