NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur le culturoscoPe site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic, d’affiner les contenus mis à votre disposition et renseigner les acteurs·trices culturel·le·s sur l'intérêt porté à leurs événements.

10 déc 2018 > 20 jan 

Artistes régionaux
Exposition

La Nef

Cantonale Berne Jura

La Nef - Le Noirmont

CANTONALE BERNE JURA 2018/19

Aujourd’hui associée à la caricature féminine, la couleur rose a longtemps été douce, chair, intermédiaire. Proche du beige, souvent pâle et cousin du pourpre, le rose porte en lui son lavage en blanc, sa touche fleurie ou sa douce nudité européenne. Le rose n’est, par principe, pas équivalent au pink anglais, traduction d’un procédé de teinturerie consistant à obtenir des couleurs vives. Mais, globalisation et synthèse des pigments aidant, le rose et le pink se confondent désormais. Il reste la non-virilité par excellence, surtout depuis les années 90, qui renouent avec le trousseau sexué du bébé des années 30 : rose pour les filles et bleu pour les garçons. Dès lors, le rose devient fluo ou vif et évoque la pornographie, la prostitution … Comment cette couleur peut-elle rendre les thèmes picturaux ou théoriques légers, risibles ou criards ?