NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur le culturoscoPe site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic, d’affiner les contenus mis à votre disposition et renseigner les acteurs·trices culturel·le·s sur l'intérêt porté à leurs événements.

Cestelle Valente

Musique

Centre Culturel Régional Delémont

Gisela João : NUA (Fado)

Forum St-Georges - Delémont

Chant Gisela João, Guitare portugaise Ricardo Parreira, Viola de Fado Nelson Aleixo, Viola Baixo Francisco Gaspar, Direction musicale et production, Frederico Pereira

Gisela Joao est l'étoile montante et déjà puissamment brillante du fado. Un style de musique ancestral qu'elle renouvelle avec fraîcheur et tempérament. Elle propose à Delémont un concert unique en Suisse.

Poussiéreux et ringard, le fado ? Peut-être, pour ceux qui en sont restés à la «reine mère» de ce style traditionnel portugais, Amalia Rodrigues. Mais il est des figures qui renouvellent le genre, et de bien belle manière. Après Misia et Katia Guerreiro, accueillies il y a quelques années, le public delémontain à la chance de pouvoir découvrir Gisela Joao, dont la voix chaude et pleine tire le fado vers un espace contemporain et urbain, en phase avec le monde actuel.

La fadista renouvelle en effet le genre, au point que son premier disque, sorti en 2013, a été élu meilleur album portugais de l'année. «Le premier disque de Gisela João est un des plus importants faits marquants de l'histoire du fado de ce siècle», écrivait alors l'hebdomadaire lusitanien «Expresso».

C’est le chant, viscéral, impérieux, qui a amené Gisela João, née à Barcelos au nord du Portugal, de Porto à Lisbonne. Partie à la conquête des casas de fado, elle remplit les salles jusqu’à afficher rapidement complet. Depuis le temps où s’est tue la voix d’Amalia Rodrigues, le fado n’avait sans doute jamais connu une pareille évolution créative. Gisela João secoue le fado d’une vibrante énergie et le ranime du souffle du vivant.

Gisela João chante avec passion l’amour et la mélancolie ; elle a en plus cette fougue joyeuse de celles qui clament la liberté. Accompagnée d’une guitare portugaise, d’une viola do fado et d’une guitare basse, la belle affranchie chante les fados de la tradition et ses créations originales, danse pieds nus et rit des choses de la vie. La chanteuse vit ce fado avec profondeur, retenant quelquefois sa puissance vocale dans un doux murmure pour la libérer enfin dans un déchaînement passionné. Intense, l’artiste livre une musique fervente, humaine, parcourue de frissons.

Une soirée exceptionnelle en perspective !




Au même endroit
Cela pourrait aussi vous intéresser